WiROZ

ZOV

OEZB

Schwarzbuch

l ' Appel de Potsdam


APPEL

Au Bundestag , au Gouvernement Fédéral et à la Justice,

Rétablissez la paix juridique
Abolissez la poursuite politique des innocents
Exigez la mise en oeuvre de leur réhabilitation
Respectez le droit à la propriété

Depuis la disparition de la RDA 1989/1990 l'État allemand unifié commet vis à vis d'une partie des victimes de la tyranie communiste une lourde injustice.

Ces personnes vivaient dans la zone d'occupation soviétique de 1945 à 1949 .

Elles ont été politiquement poursuivies, dépossédées de tous leurs biens et propriétés, pourchassées mais aussi emprisonnées, déportées, parfois abattues à cause de leur origine et/ou de leur appartenance à certaines professions.

Ces personnes, lorsque le régime communiste s'effondra, ne récupérèrent aucun de leurs biens alors que, dans la plupart des cas, ces biens auraient pu être rendus et par là même auraient dû être rendus .

Mais encore „Qui sont elles ?“

Elles appartenaient à la classe moyenne dite supérieure que les communistes décrétèrent „ ennemi de classe „ et voulaient anéantir : entrepreneurs de petites et moyennes entreprises agricoles ou industrielles, commerçants indépendants, artisans, agriculteurs propriétaires de terrain de 100 hectares ou plus, aristocrates ou bourgeois étiquetés „ Junker “.

De ce fait, des crimes graves -contraires aux Droits de l'Homme- ont été commis envers ces personnes. L'accusation abusive a entraîné des peines et punitions avec imputation de culpabilité collective: ces personnes et leur famille furent accusées de « activistes nazis «  et de « criminels de guerre «.

La confiscation des biens faisait régulièrement partie des poursuites ; des sanctions étaient prises alors qu'il n 'y avait pas d'infraction commise.

l'Etat Allemand, qui se dit un état de droit, a perpétué jusqu'à aujourd'hui cet état des choses tout comme la condamnation politque.

Comment ? : bien sûr, il a promulgué des règlements ayant force de loi qui, non seulement permettent la réhabilitation et les conséquences qu'elle aurait quant au droit à la propriété mais encore l'exigent .

Alors ?la formulation de ces règlements n'est pas claire et permet des interprétations différents ! C'est en tout cas ce qui est mis en avant par les autorités et les tribunaux qui en profitent pour rejeter (sauf exception) les demandes.

Depuis maintenant plus de 20 ans, les victimes de cet acharnement essayent d'introduire leurs demandes en justice, de récupérer leurs droits à la justice , en justice, en vain.

C'est ici que le parlement et le gouvernement doivent réagir et rétablir la clarté.

Les demandes en justice doivent être assurées d'être traitées légalement, correctement, c'est le devoir d'un état de droit. Sans cela, la paix ne peut exister.